01.03.2018 Catégorie : BRUGEL , Electricité verte

Durant les derniers mois ont eu lieu différentes évolutions au sujet du principe de compensation dans la Région de Bruxelles-Capitale. Ces évolutions ont suscité de nombreux questionnements et affirmations auprès de certains producteurs verts. BRUGEL souhaite répondre à toutes ces inquiétudes et apporter toutes les clarifications nécessaires aux incompréhensions/fausses informations.

La fin de la compensation est prévue en 2020 à la mise en œuvre du MIG6 (lire à ce sujet notre communiqué de presse du 28/02/2018). Le prosumer achètera à ce moment-là toute l’électricité qu’il prélève au prix complet et vendra l’électricité qu’il injecte au prix de l’énergie.



Soutien à la production d’électricité verte




 Idée reçue : « BRUGEL ne soutient pas la production d’électricité verte ».


Évolution de la législation



  Idée reçue : «La compensation est un droit, il n’est pas logique de revenir sur ce principe et changer les règles du jeu en cours de route».


Impact financier



Idée reçue : « La fin de la compensation signifie un coût supplémentaire de quelque 400 euros par an ».


Vendre l’électricité injectée sur le réseau



Idée reçue : « On ne peut pas valoriser l’électricité qu’on injecte sur le réseau ».



Coûts de l’injection de l’électricité sur le réseau



  Idée reçue : « Le producteur va payer pour le transport de l’électricité qu’il a produit vers ceux qui vont la consommer ».


Aspects techniques



Idée reçue : « Les compteurs actuels ne permettent pas de faire la différence entre l’électricité du réseau et l’électricité des panneaux photovoltaïques. Il faudra changer tous les compteurs aux frais du prosumer ».



Fin de la compensation par rapport

au tarif prosumer



Idée reçue : « Après la fin de la compensation, on taxera la puissance des panneaux ».


Effort environnemental et influence de l’autoconsommation



Idée reçue : « Au final, on pénalise le propriétaire de panneaux photovoltaïques, alors qu’il fait un effort pour l’environnement ».