Fin de la compensation sur la partie « coût de réseau »

A partir du 1er janvier 2020, la partie « coût de réseau » de la facture d’électricité ne sera plus compensée pour les installations de production d’une puissance de moins de 5kW. Les prosumers concernés paieront donc la redevance réseau sur toute l’électricité qu’ils prélèvent. Pour ces installations sous 5 kW, la compensation reste par ailleurs d’application pour la partie énergie, dite la partie « commodity », jusqu’à éventuelle adaptation de l’arrêté électricité verte qui régit cette partie (voir le communiqué de pressepersbericht sur le sujet).

Objectif de la fin de la compensation

  • Mettre fin à une discrimination et traiter les consommateurs de manière équitable. Dans un système de compensation, les consommateurs « classiques » sont discriminés vis-à-vis des « prosumers » par rapport aux frais du réseau de distribution, puisque les « prosumers » ne contribuent à ces frais qu’en raison de la quantité nette d’énergie prélevée (après compensation), alors même qu’ils utilisent le réseau de distribution pour toutes les quantités brutes prélevées ;

  • Assurer le maintien et le développement du réseau ;

  • Inciter les prosumers à auto-consommer leur production d’énergie et donc, à diminuer leur prélèvement d’énergie sur le réseau.

Qu'est-ce que le principe de compensation ?

Valable uniquement pour les installations inférieures ou égales à 5kW, ce principe est de bénéficier d'une compensation entre les quantités d'électricité prélevées et injectées sur le réseau, en faisant le calcul entre deux relevés d'index. Lors de la facturation, la quantité d'électricité injectée dans le réseau est déduite.

Quel impact sur ma facture d’énergie ?

Cette fin de compensation sur la partie « coût de réseau » aura un impact sur votre facture. Vous paierez donc la redevance réseau sur toute l’électricité prélevée. Retrouvez ci-dessous des exemples chiffrés.

Et maintenant ?

Étant donné que les coûts de distribution et de transport seront désormais directement proportionnels à la quantité d’électricité prélevée, vous pouvez agir sur votre facture finale en diminuant cette quantité d’électricité prélevée. Comment ? En diminuant vos consommations le soir et la nuit et en tentant de synchroniser, en temps réel, votre consommation et votre production. Le principe est simple : c’est quand le soleil produit l’énergie qu’on la consomme. Retrouvez plus d’information sur le moyen d’augmenter votre autoconsommationhet verogen van uw eigen verbruik au paragraphe « adaptez votre consommation ».

Autoconsommation versus autosuffisance

Le taux d’autoconsommation représente le pourcentage de consommation propre d’énergie par rapport à l’énergie produite. On compare ainsi l’énergie autoconsommée à la production de votre installation. (Autoconsommation = Production PV autoconsommée / Production totale)
Exemple : un taux d’autoconsommation de 53% signifie que le prosumer a consommé 53% de sa production solaire. Le reste (47%) a été injecté sur le réseau.

Le taux d’autosuffisance représente le pourcentage de consommation propre d’énergie par rapport au besoin d’électricité total. On compare ainsi l’énergie autoconsommée à la consommation de votre maison. Le taux d’autosuffisance est le niveau d’autonomie par rapport au réseau. Plus il est élevé, plus le prosumer consomme sa propre électricité. (Autosuffisance = Production PV autoconsommée / Consommation totale)
Exemple : un taux d’autonomie de 30% signifie que le prosumer a couvert 30% de sa consommation électrique (en kWh) grâce au solaire. Il doit acheter le reste (70%) au réseau

Retrouvez également notre article de mars 2018 sur la fin du principe de la compensation